Communiqué de Presse du 06 octobre 2020
 
L'activité intense développée par le SNEP-FSU et par la profession pour l'ouverture d'une spécialité EPS au lycée a enfin abouti.
 
Les ministres de l'éducation nationale et des sports l'ont annoncé dans leur conférence de presse du 5 octobre. Dès ce mois-ci va être créé un comité de pilotage et des travaux avec les partenaires sociaux pour étudier, dans une perspective de mise en œuvre à la rentrée 2021, un enseignement de spécialité en EPS au baccalauréat général et technologique.
 
Notre opiniâtreté à défendre le principe d'une spécialité EPS en écrivant à plusieurs reprises au ministre, en le rappelant l'ensemble dans toutes les audiences, les déclarations, en mobilisant la profession autour d'une pétition a enfin permis que s'ouvre vraiment ce dossier . Bien sûr, cela n'invalide pas nos analyses et notre contestation de la réforme du lycée qui est ingérable et qui produit d'ores et déjà de grandes inégalités.
 
Pour le reste des annonces, nous sommes inquiets. En effet, alors que le premier chapitre du dossier de presse du ministère s'intéresse à «développer le sport à l'école», rien n'est dit pour en développer ses principales composantes: l'EPS obligatoire et le sport scolaire. Pire, le plan «Mercredi» installe une concurrence avec les activités des associations sportives scolaires sur ce jour traditionnellement réservé. Nos ministres continuent ensuite sur une voie qui ne fonctionne pas, pour diverses raisons: le dispositif cours le matin et le sport l'après-midi ne doivent aucun développement notable du sport à l'école. Il amène même des régressions pour l'utilisation rationnelle des équipements sportifs. De plus, la prévision de suppressions de postes dans le second degré à la rentrée prochaine accentuera le manque de moyens pour l'EPS.
 
Enfin, si sur le principe l'idée de développer dans la voie professionnelle des qualifications dans le domaine du sport est intéressant, il faut en étudier la pertinence au regard des formations définies.
 
Au-delà des déclarations, il faudra que les représentants des enseignants d'EPS et de sport soient écoutés et entendus pour, véritablement, développer le sport à l'école. Il y a urgence pour l'avenir des jeunes.
 
 
Syndicat National de l'Education Physique (FSU)
benoit.hubert@snepfsu.net, 06 03 95 92 41
presse@snepfsu.net
Facebook
Twitter
Flickr
 
 
Cet e-mail a été envoyé à la presse // S2-S3-DN
 
SendinBlue